Qu’est-ce qu’une énergie marine renouvelable ?

Mises en avant une nouvelle fois lors des Assises de l’économie de la mer organisées les 21 et 22 novembre 2017 au Havre, les énergies marines renouvelables représentent aujourd’hui une des filières les plus prometteuses dans l’espoir d’une production d’électricité plus durable. Elles dépendent des ressources naturelles des eaux de la mer et des océans, et permettent de produire de l’électricité grâce aux flux naturels d’énergie des courants et des marées, ou de la matière marine. L’hydroélectricité continentale n’est donc plus la seule piste de développement en lien avec les ressources hydriques dont nous disposons. Les techniques de production permettant la valorisation des courants marins, des vagues ou des marées, et plus largement de toute l’énergie marine, se développent à un rythme soutenu depuis le début des années 2000 et promettent de jouer un rôle clé dans l’approvisionnement énergétique du XXIème siècle.

Source: http://lenergeek.com voir l'article complet

 

La Terre toujours plus polluée par la lumière artificielle

La Terre est de plus en plus inondée de lumière artificielle, un phénomène aggravé par la nouvelle technologie des lampes à diode électroluminescentes (LED), montre une analyse des observations d’un satellite, confirmant une pollution lumineuse grandissante qui affecte la santé humaine, les animaux et les plantes.

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances, ont déterminé que l’éclairage planétaire s’est accru, tant en quantité qu’en intensité, d’environ 2% par an de 2012 à 2016.

L’accroissement de la lumière artificielle se produit presque partout sur le globe avec des régions peu éclairées précédemment où la luminescence est nettement plus importante, pointe Christopher Kyba un chercheur du Centre GFZ de recherche de géophysique à Potsdam en Allemagne, le principal auteur.

Cette étude est l’une des toutes premières à examiner depuis l’espace les effets de la transition en cours dans le monde vers l’éclairage LED qui est nettement moins gourmand en énergie.

Les résultats indiquent que les économies d’électricité résultant de cette nouvelle technologie sont plus faibles qu’attendues.

Sonnette d’alarme

Vu que les lampes LED produisent la même quantité de lumière avec nettement moins d’électricité, les experts pensaient que les dépenses notamment des villes dans le monde consacrées à l’éclairage public auraient diminuées.

Mais les chercheurs ont conclu que les économies d’énergie réalisées grâce à la technologie LED ont apparemment été investies pour installer encore plus d’éclairages extérieurs.

Source: levif.be voir l'article complet

Le toit d’un collège français teste une nouvelle technologie solaire

Inauguré mercredi, le toit du collège Pierre Mendès France, à La Rochelle, est le premier bâtiment dans le monde à bénéficier de ces films solaires développés par la start-up Heliatek avec Engie. L’établissement espère réduire sa facture d’électricité de 20%.

Oubliez tous vos préjugés sur les panneaux solaires: lourds, encombrants, peu discrets…. Les films solaires développés par la start-up allemande Heliatek sont à l’opposé de tout cela. Ils se présentent sous la forme d’un simple film, qui se pose n’importe où, du moment que la surface est à peu près plane. La première démonstration grandeur nature se fait sur le toit du collège Pierre Mendès France, à La Rochelle.

Certes, ce n’est pas la première fois que des panneaux solaires sont posés sur les toits de collèges. «Mais voyez-vous, notre région est très ventée, alors pendant les tempêtes, les panneaux ont fait comme une voile, et ils se sont envolés avec le toit d’un établissement», relate Jean-Pierre Ruiz, principal du collège Pierre Mendès France. Aucune mésaventure de ce type à craindre avec la technologie développée par Heliatek et déployée par Engie. Les films se collent sur la structure du toit. «C’est léger, il n’y a même pas besoin de réaliser une étude d’impact sur la structure!», s’exclame Patrice Acquier, directeur immobilier au département des Charentes Maritimes. Ce qui représente une véritable économie et un gain de temps considérable dans le déploiement de la solution.

Source: lefigaro.fr voir l'article complet

Les émissions mondiales de CO2 repartent à la hausse

Derrière les promesses de décarbonation de l’économie, le greenwashing et les paroles politiques, la réalité est toujours là, impitoyable. Après trois années de stagnation, les émissions humaines de dioxyde de carbone (CO2) sont reparties à la hausse en 2017, ruinant les espoirs de voir l’humanité sur le point d’entamer la décrue de ses émissions. C’est le constat majeur des travaux publiés, lundi 13 novembre dans la revue Earth System Science Data, par le consortium scientifique Global Carbon Project (GCP) qui dresse, chaque année depuis 2006, le bilan des émissions mondiales de CO2. La publication devrait faire office de piqûre de rappel aux délégués des Etats parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, réunis pour la COP23 à Bonn, en Allemagne, jusqu’au 17 novembre.

Selon les projections du GCP, l’année en cours devrait se clôturer sur un total d’environ 41 milliards de tonnes de CO2 (gigatonnes, ou GtCO2) émises par la combustion de ressources fossiles, les activités industrielles et l’utilisation des terres – essentiellement la déforestation. Soit un bilan en hausse de quelque 2 % par rapport à l’année précédente. Les auteurs soulignent que la principale raison à cette hausse – qui met fin à un plateau de trois ans – est le redémarrage des émissions chinoises, en hausse d’environ 3,5 %, ­tirées par une croissance économique estimée autour de 6,8 %. « La croissance des émissions de 2017 est fondée sur l’augmentation projetée de la consommation chinoise de charbon (+ 3 %), de pétrole (+ 5 %) et de gaz naturel (+ 12 %) », selon les auteurs.

La tendance, après trois années de stagnation, est principalement due à la croissance économique de la Chine, premier pollueur mondial.

Source: Lemonde.fr voir l'article complet

La plus grande centrale solaire au monde dans un camp de réfugiés

Le projet compte 40.000 panneaux solaires d’une capacité totale de 12,9 mégawatts qui permettront d’assurer 14 heures d’électricité par jour aux quelque 80.000 réfugiés syriens du camp, selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

« Il s’agit de la plus grande centrale électrique basée sur l’énergie solaire au niveau mondial à l’intérieur d’un camp de réfugiés », a souligné l’ONU. Elle a coûté « 15 millions d’euros » et a été financée par l’Allemagne.

L’inauguration a eu lieu sous une grande tente blanche du camp, en présence du ministre jordanien de l’Energie Saleh al-Kharabché, de l’ambassadrice allemande en Jordanie Birgitta Siefker-Eberle, de responsables du HCR et de représentants de plusieurs ONG travaillant à Zaatari.

« Le HCR assurait auparavant une moyenne de huit heures d’électricité par jour, pour un coût d’environ un demi million de dollars (430.000 euros) par mois. Désormais, nous sommes capables de fournir 14 heures à zéro coût », a affirmé Stefano Severe, le représentant de cette agence onusienne en Jordanie.

Source: levif.be voir l'article complet

Nucléaire : « la décision de Nicolas Hulot est une bonne nouvelle pour le climat »

Pour Valérie Faudon, déléguée générale de la SFEN, le report à après 2025 de l’objectif de baisse à 50% du nucléaire est une bonne nouvelle pour la transition énergétique. Interview.

Comment analysez-vous l’annonce de Nicolas Hulot du report après 2025 du passage de 75 % à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité ?

Cette annonce est d’abord et avant tout une très bonne nouvelle pour le climat car cela permet de préserver une énergie qui n’émet pas de CO2 : le nucléaire. L’énergie nucléaire permet d’ailleurs à la France d’être le pays le moins émetteur des grandes puissances industrielles du G7.

Ensuite, cela permet d’établir une hiérarchie entre les objectifs de la loi sur la transition écologique, qui pour certains étaient contradictoires, en plaçant la réduction des émissions de gaz à effet de serre comme l’objectif prioritaire pour lutter contre le réchauffement climatique.

C’est d’autant plus une bonne nouvelle que cette annonce intervient pendant le Sommet climatique, la COP23. Ce que nous pouvons lire entre les lignes, c’est que le nucléaire, en tant que technologie bas carbone, est indispensable pour la transition écologique.

 

Source: lemondedelenergie.com voir l'article complet

La façade atlantique de la France pourrait être épargnée par le réchauffement climatique

Selon ce qui reste en tout état de cause une hypothèse, un phénomène de refroidissement localisé pourrait juguler en partie le réchauffement global. Or, il ne s’agit pas forcément une bonne nouvelle.

Source: BFMTV.com voir l'article complet

Deux fois trop de carbone dans l’atmosphère selon un rapport de l’ONU Environnement

A l’approche de la COP 23, les Nations unies pour l’environnement tirent la sonnette d’alarme sur le surplus de CO2 dans l’atmosphère. Celui-ci compromet dangereusement la stabilisation du réchauffement climatique.

L’Accord de Paris a stimulé la protection du climat mais dans des proportions encore très insuffisantes. C’est ce que souligne l’ Emission Gap Report présenté à Genève le 31 octobre. Cette huitième édition élaborée par les Nations unies pour l’environnement pointe que les politiques climatiques n’en sont qu’à leurs balbutiements. Les contributions nationales (NDCs) annoncées en 2015 lors de la COP 21 ne couvrent environ qu’un tiers des réductions d’émissions nécessaires à maintenir la dérive de la température en-dessous de la hausse de +2°C. Le décalage (gap) entre les réductions réelles et les intentions affichées demeure  »alarmant », estime l’ONU de l’environnement.

De fait, au rythme actuel de l’activité humaine, il y aura encore 11 à 13 gigatonnes de CO2 équivalent (GtCO2e) de trop dans l’atmosphère en 2030 par rapport à l’objectif de stabilisation de la température moyenne à +2°C, et 16 à 19 GtCO2e si l’on s’en tient à l’objectif plus ambitieux de stabiliser la température à +1,5°C mentionné dans l’Accord de Paris. Cet objectif plus exigeant est appelé de leurs vœux par les pays les plus vulnérables, dont Fidji, qui présidera la COP 23 à partir du 6 novembre prochain. Une gigatonne représente en gros une année d’émissions issues du secteur des transports, aviation incluse. Actuellement, les émissions annuelles sont de 51,9 GtCO2e pour l’année 2016. Certains scénarios estiment qu’il faudrait les plafonner à 24GtCO2e d’ici à 2030, soit deux fois moins qu’actuellement.

 

Source: actu-environnement.com voir l'article complet

La nouvelle carte du monde de l’énergie

L’énergie joue un rôle particulier en assurant la puissance militaire, le développement économique, la mobilité des biens et des personnes, le bien-être des populations. Son prix, et tout particulièrement celui des hydrocarbures, dépend de l’équilibre entre l’offre et la demande à l’échelle mondiale ; il s’agit d’un élément clé de l’économie de nombreux pays producteurs, au point qu’elle détermine largement leur politique. Depuis quelques décennies, le monde a pris conscience que l’énergie influe aussi sur un enjeu essentiel : le changement climatique.

L’émergence de la Chine redessine la carte du monde

L’équilibre entre grandes puissances est une donnée historique de la géopolitique. En prenant comme indicateur l’évolution de la consommation d’energie primaire, qui est un reflet de la croissance économique, deux zones étaient sur le podium : les États-Unis et l’Europe. En 2000, les États-Unis consommaient 2 269 Mtep (millions de tonne équivalent pétrole (tep)) et l’Europe 1 853 Mtep, soit à eux deux près de la moitié du total mondial. La Chine consommait 1 161 Mtep. En 2013, les États-Unis et l’Europe ont consommé chacun légèrement moins, notamment après la crise économique de 2008, tandis que la Chine dépassait 3 000 Mtep. La Chine s’est substituée à l’Europe sur le podium des grandes puissances énergétiques mondiales.1

D’autres pays ont « émergé » : de 2000 à 2013, l’Inde a augmenté sa consommation de 80  %, le Brésil de plus de 50  %. La Russie, acteur géopolitique majeur de la seconde moitié du XXe siècle, n’a progressé que de 18  %. C’est donc toute la carte du monde qui est redessinée.

 

Source: planete-energies.com voir l'article complet

 

Réchauffement climatique : la bataille des 2 °C est presque perdue

Les Nations unies sonnent l’alerte sur les efforts très insuffisants des Etats pour contenir le réchauffement. Après 2030, il sera trop tard.
La bataille du climat n’est pas encore perdue, mais elle est très mal engagée. A ce stade, il existe un « écart catastrophique » entre les engagements pris par les Etats pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et les efforts nécessaires pour respecter l’accord de Paris adopté lors de la COP21, en décembre 2015 – à savoir contenir la hausse de la température planétaire « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels », en essayant de la limiter à 1,5 °C. C’est la mise en garde qu’adresse l’ONU Environnement (ex-Programme des Nations unies pour l’environnement), dans un rapport publié mardi 31 octobre.
Ce n’est pas la première alerte lancée par l’organisation, qui s’appuie sur un large réseau international de scientifiques. Mais elle prend un ton particulièrement pressant, à quelques jours de l’ouverture de la COP23 (du 6 au 17 novembre à Bonn, en Allemagne) et après un été cataclysmique, durant lequel une succession d’ouragans, d’inondations et d’incendies a montré la vulnérabilité des pays riches comme pauvres aux dérèglements climatiques.
Source: Lemonde.fr  voir l'article complet

Nouvelle batterie Toshiba : 2 fois plus d’énergie, 4 fois plus vite

Offrir à son véhicule électrique plusieurs centaines de kilomètres d’autonomie en passant quelques minutes seulement sur la borne de recharge, telle est la perspective qu’ouvrent les travaux de Toshiba sur un nouveau genre de batteries.

Toshiba vient de lever le voile sur une nouvelle technologie de batteries baptisée Super Charge Ion Battery (ou SCiB), qui pourrait bouleverser le marché de la voiture électrique. Comment ? En donnant plus d’autonomie à ces véhicules, mais aussi et surtout en permettant de recharger leurs batteries en quelques minutes seulement. Pour ce faire, les ingénieurs de Toshiba ont mis au point un nouveau matériau utilisé au niveau de l’anode, qui est l’électrode du pôle négatif de la batterie mise à contribution lors de la phase de recharge.

Source: lesnumeriques.com voir l'article complet

 

Photovoltaïque : lancement de l’usine high-tech de vitres solaires, près d’Aix-en-Provence

Quand le secteur photovoltaïque innove, il crée des emplois en France. C’est du moins la trajectoire suivie par Sunpartner Technologies, PME française, qui vient d’ouvrir son usine de production de vitres solaires innovantes, à Rousset (13).

Dans un avenir proche, les équipements solaires feront partie intégrante des projets de construction. La future réglementation du bâtiment, prévue pour 2020, démocratisera les bâtiments à énergie positive (BEPOS).

Une PME française entend bien tirer son épingle du jeu, avec déjà des retombées pour l’emploi local. Sunpartner Technologies vient en effet d’inaugurer son usine high-tech de 1.200 m2, dédiée à la production de verres photovoltaïques (PV). L’inauguration a eu lieu le 5 octobre, à Rousset (13), près d’Aix-en-Provence. Les verres produits pourront s’intégrer dans des vitres et façades de bâtiments afin de produire de l’énergie solaire. Leur fabrication s’appuie sur un process innovant, basé sur la technologie laser, qui couronne plusieurs années de R&D en interne.

Source: emploi-environnement.com  voir l'article complet

 

Dix géants pétroliers et gaziers investissent dans des projets moins polluants

Regroupés dans un fonds d’investissement, ces poids lourds mondiaux du secteur veulent créer un « impact significatif sur les émissions de gaz à effets de serre ».

C’est un premier pas vers des entreprises plus propres. Dix compagnies pétrolières et gazières mondiales, poids lourds du secteur, ont annoncé ce vendredi trois investissements dans des technologies et projets à faibles émissions de gaz à effet de serre, à l’occasion d’une réunion à Londres.

Depuis 2014, BG Group, BP, ENI, Pemex, Repsol, Saudi Aramco, Reliance Industries, Royal Dutch Shell, Statoil et Total sont regroupés  au sein de l’OGCI (Oil and Gas Climate Initiative) dans le but d’investir et de travailler ensemble pour contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Source: lesechos.fr voir l'article complet

Tesla rétablit avec succès le courant dans un hôpital de Porto Rico

Plus d’un mois après le passage du terrible ouragan Maria, les habitants de Porto Rico n’ont toujours pas d’électricité. Heureusement, Tesla, grâce à son premier projet d’énergie solaire Powerwall, a permis de rétablir l’alimentation d’un hôpital local.
L’hôpital del Niño, un hôpital pour enfants situé à San Juan à Porto Rico, fait partie de ceux qui travaillent avec Musk. En effet, le fondateur et directeur de Tesla a proposé d’offrir des centaines de batteries de stockage d’énergie afin de faciliter les efforts de l’île pour restaurer l’énergie, après que son réseau ait été dévasté par l’ouragan Maria. En plus des batteries Powerwall, Tesla a également déployé sa technologie de stockage d’énergie Powerpack.

Source: trustmyscience.com voir l'article complet

La pollution marine à la loupe à l’Université des Antilles

L’Université des Antilles organise une conférence libre, ouverte au public (sans inscription), sur la « Préservation des océans » en Guadeloupe, avec un focus sur la pollution marine et les solutions existantes. Rendez-vous, aujourd’hui, de 9 h 15 à 12 heures, sur le campus de Fouillole, amphithéâtre Guy Mérault, UFR SEN Pointe-à-Pitre.
L’objectif principal de cette conférence est de rassembler des scientifiques et organisations pour apprendre des expériences des uns et des autres et partager les actions et efforts qui sont pris pour la préservation des océans. En lien avec l’escale en Guadeloupe du bateau Race for Water, il s’agit aussi de trouver le meilleur moyen de lutter contre la pollution plastique qui sévit dans nos océans. « Il n’y a pas de problème désespéré si nous y faisons face ensemble », explique Marco Simeoni, président de la Fondation Race for Water.

 

Source: guadeloupe.franceantilles.fr  voir l'article complet

 

Une brique solaire qui concentre la lumière pour produire de l’énergie

La brique de la société Build Solar produit de l’énergie tout en laissant passer la lumière naturelle. Intégrées dans un bloc de verre, les cellules photovoltaïques reçoivent un concentré de rayons solaires.

Après les tuiles solaires, les panneaux muraux et les vitres photovoltaïques… voici les briques qui laissent passer la lumière naturelle tout en l’utilisant pour produire de l’énergie. Baptisée « Solar Squared », la technologie est développée par la société britannique Build Solar. Les blocs de verre, carrés de 19 cm de côté et 8 cm de profondeur, sont parsemés de creux qui focalisent la lumière incidente sur des cellules photovoltaïques.

 

Source: industrie-techno.com voir l'article complet

 

Maîtriser le climat : chimère ou solution miracle ?

LE CERCLE/PROJECT SYNDICATE – L’idée de manipuler les fonctionnements naturels de la planète pour contrer les effets du réchauffement climatique gagne du terrain. Belle promesse ou gros mensonge ?

À l’heure où le monde peine à maîtriser ses émissions de gaz à effet de serre et à limiter le réchauffement climatique, une nouvelle solution technologique miracle suscite l’enthousiasme de plus en plus de partisans. La géo-ingénierie – manipulation à grande échelle des fonctionnements naturels de la planète Terre – se popularise ainsi en tant que moyen de contrer les effets négatifs du changement climatique.

Les partisans de cette sciencealimentent l’illusion selon laquelle il serait possible de sortir de la crise climatique grâce à l’ingénierie, de satisfaire aux objectifs de l’accord climatique conclu à Paris en 2015, et de conserver un mode de vie à forte consommation.

 
 

Source: Lesechos.fr  voir l'article complet

 

Fournir le monde entier en énergie

Énergie: les parcs éoliens en pleine mer pourraient fournir le monde entier en énergie

Énergie – D’après une étude menée par des chercheurs américains, les vents en pleine mer pourraient produire cinq fois plus d’énergie que sur la terre ferme. À l’heure actuelle, aucun parc éolien à grande échelle n’existe en eaux profondes. Les résultats de cette recherche pourraient donc encourager le développement de cette technologie.

Les parcs éoliens en pleine mer pourraient générer bien plus d’énergie renouvelable que ceux installés sur la terre ferme, possiblement assez pour fournir le monde entier, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis.

Des chercheurs de la Carnegie Institution for Science ont découvert que les vents plus forts rencontrés en pleine mer pouvaient produire cinq fois plus d’énergie que les turbines installées sur la terre ferme.

Bien qu’il n’existe actuellement aucun parc éolien à grande échelle en eaux profondes, les résultats de l’étude suggèrent que cette technologie vaut la peine d’être étudiée, et ce même si la puissance de telles fermes varierait en fonction des saisons.

« En hiver, les parcs éoliens de l’Atlantique nord pourraient fournir une énergie suffisante pour répondre à tous les besoins actuels de la civilisation », selon cette étude publiée dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Source: lenouvelliste.ch  voir l'article complet

 

Le panneau solaire se fond dans les façades des bâtiments

La société française Sunpartner vient d’inaugurer sa première ligne de fabrication industrielle de panneaux solaires transparents et colorés. Le marché du « solaire intégré au bâtiment » devrait représenter plus de 2,5 milliards d’euros dès 2023.

INTÉGRATION. Sise à Rousset (Bouches-du-Rhône), la société Sunpartner vient de quitter le giron des start-up pour entrer dans son histoire industrielle. En inaugurant jeudi 5 octobre sa première ligne de fabrication de panneaux solaires transparents et colorés d’une capacité de 150 000 m² par an, l’entreprise a aussi engrangé l’appui de la Banque européenne d’investissement (BEI) qui y risque 15 millions d’euros. Sans trop craindre de les perdre tant la confiance est de mise. L’intégration de panneaux solaires dans les façades même des bâtiments au point de les rendre invisibles fait saliver nombre d’investisseurs.

 

Source: sciencesetavenir.fr voir l'article complet

Energie : une France sans pétrole

On en rencontre encore quelques-unes dans les plaines de Seine-et-Marne ou du côté des Landes, ces paisibles têtes de cheval qui oscillent doucement. Mécaniques bien huilées, elles pompent consciencieusement les quelques gouttes de pétrole prisonnières des roches mères des Bassins parisien et aquitain. La France n’est pas le Texas. Sa production d’hydrocarbures représente à peine 1 % de sa consommation annuelle, concerne 1 500 emplois directs, et la fin de celle-ci est désormais programmée. Mercredi 4 octobre, au petit matin, l’Assemblée nationale a voté la fin de toute exploitation de pétrole et de gaz en France pour 2040.

A première vue, l’enjeu est surtout symbolique : marquer, à peu de frais, l’engagement du pays vers un monde décarboné et conforme aux engagements de l’accord de Paris sur le climat. L’Assemblée nationale a voté la fin de toute exploitation de pétrole et de gaz en France pour 2040. Il reste désormais à développer les énergies renouvelables.
Source: Lemonde.fr voir l'article complet

Accueil

Votre Energie, la plateforme d’information et d’échange entre particuliers autour du thème de l’énergie.

Soucieux de l’écologie et du développement durable, l’équipe de Votrenergie vous tiendra informé de l’actualité ayant un lien avec l’énergie, des articles seront régulièrement relayés ainsi que des bons plans à partager.

Électricité,  chauffage,  isolation, carburants,production et distribution d’énergie, tant d’autres thèmes et de sujets abordés que vous retrouverez aussi à travers les Forums.

 

Lien Permanent pour cet article : http://votrenergie.eu/

Qu’est-ce qu’une énergie marine renouvelable ?

Mises en avant une nouvelle fois lors des Assises de l’économie de la mer organisées les 21 et 22 novembre 2017 au Havre, les énergies marines renouvelables représentent aujourd’hui une des filières les plus prometteuses dans l’espoir d’une production d’électricité plus durable. Elles dépendent des ressources naturelles des eaux de la mer et des océans, …

Lire la suite

La Terre toujours plus polluée par la lumière artificielle

La Terre est de plus en plus inondée de lumière artificielle, un phénomène aggravé par la nouvelle technologie des lampes à diode électroluminescentes (LED), montre une analyse des observations d’un satellite, confirmant une pollution lumineuse grandissante qui affecte la santé humaine, les animaux et les plantes. Des chercheurs, dont les travaux sont publiés mercredi dans …

Lire la suite

Le toit d’un collège français teste une nouvelle technologie solaire

Inauguré mercredi, le toit du collège Pierre Mendès France, à La Rochelle, est le premier bâtiment dans le monde à bénéficier de ces films solaires développés par la start-up Heliatek avec Engie. L’établissement espère réduire sa facture d’électricité de 20%. Oubliez tous vos préjugés sur les panneaux solaires: lourds, encombrants, peu discrets…. Les films solaires …

Lire la suite

Les émissions mondiales de CO2 repartent à la hausse

Derrière les promesses de décarbonation de l’économie, le greenwashing et les paroles politiques, la réalité est toujours là, impitoyable. Après trois années de stagnation, les émissions humaines de dioxyde de carbone (CO2) sont reparties à la hausse en 2017, ruinant les espoirs de voir l’humanité sur le point d’entamer la décrue de ses émissions. C’est le …

Lire la suite