«

»

L’énergie, grande absente du second tour de la présidentielle

Lors du débat du 3 mai 2017, aucun des deux candidats à la présidence de la République n’a abordé les questions énergétiques et climatiques dans ses interventions(1). Il existe pourtant sur ces sujets cruciaux des divergences entre les programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. Et certaines mesures de la candidate du Front national peuvent interpeller…

Énergies renouvelables et loi de transition

Emmanuel Macron et Marine Le Pen portent un regard très différent sur la loi de transition énergétique pour la croissance verte adoptée en France à l’été 2015.

Emmanuel Macron se place dans la continuité de cette loi et souhaite en respecter la plupart des grands objectifs (32% d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en France en 2030, montée progressive de la contribution climat-énergie jusqu’à 100 €/tCO2 en 2030, etc.) même si « les moyens à mettre en œuvre » sont actuellement insuffisants à son sens. Le candidat d’En Marche s’est entre autres engagé à doubler d’ici à 2022 les capacités photovoltaïques et éoliennes installées en France.

Marine Le Pen souhaite au contraire ne pas suivre une partie des lignes directrices de la loi de transition énergétique qu’elle qualifie de loi « mondialiste », dénonçant l’importation de « panneaux solaires chinois et d’éoliennes allemandes ou danoises ». La candidate du Front national entend développer « massivement certaines filières françaises » (solaire, biogaz, bois-énergie) mais elle souhaite décréter un moratoire « immédiat » sur l’éolien.

 

Source: connaissancedesenergies.org  voir l'article complet

 
 

Lien Permanent pour cet article : http://votrenergie.eu/lenergie-grande-absente-du-second-tour-de-la-presidentielle/